Retour aux actualités
Article précédent

Matthieu, promo 2002, trader market-maker à la Société Générale

Interview

-

02/07/2020

Matthieu Guillen, promo 2002, est trader dans le secteur du Market making, à la Société Générale Corporate & Investment Banking (SG CIB), la banque d’investissement et de financement du groupe Société Générale. Depuis 18 ans au sein du même groupe, Matthieu est passé du middle office au front office, au sein de la division « Market Making », un service B2C.


On dit souvent que passer d’un poste d’opérationnel à la salle des marchés n’est pas chose facile. Toutefois, les « outsiders » qui savent se faire apprécier à l’interne, en gagnant l’adhésion de leurs équipes et supérieurs hiérarchiques, peuvent espérer de traverser les « vents contraires » pour passer du côté du trading. C’est le cas de Matthieu, qui après un début en tant qu’assistant trader, a su mettre toutes les chances de son côté. Un parcours riche, qu’il nous raconte depuis son bureau espagnol.

L’ESILV, un accompagnement théorique ET pratique

Après un bac scientifique, j’ai fait une 1ère année en DEUG de biologie. Puis un ami m’a parlé de l’ESILV et j’ai été motivé par le parcours ingénieur en 5 ans avec des spécialités adaptées au monde du travail dans une ambiance professionnelle. Après avoir passé les tests, l’entretien individuel m’a convaincu que je faisais le bon choix : c’est cet entretien avec des professionnels et des professeurs qui m’a le mieux éclairé sur mon avenir grâce à la formation de l’ESILV.


J’ai intégré la majeure Mathématiques et Ingénierie Financière (devenue Ingénierie financière depuis, NDR) car la finance avait le vent en poupe en 2000 avec l’explosion des offres de produits financiers et le développement des salles de marché. J’ai trouvé stages et 1ère embauche très vite ce qui m’a confirmé que ce secteur était porteur.

L’ESILV et le Pôle savent accompagner les élèves dans leur préparation professionnelle. Tout au long du parcours scolaire, j’ai rencontré des professeurs et des professionnels motivés. L’ESILV assure une formation théorique ET pratique qui m’a permis d’être opérationnel pendant mes différents stages et surtout, dès mon 1er jour d’embauche. 

(...)

Du Middle Office au trading, le mix entre concours de circonstances et compétences

J’ai débuté au Middle Office comme assistant trader. Ce poste proche des traders n’existe plus pour le moment mais il semble que les banques y pensent de nouveau. Aujourd’hui c’est trading support unit ou business analyst. La mission était de faire du reporting (position, analyse de risque, valorisation), de l’aide à la décision et de l’optimisation opérationnelle pour le trading. Rigueur et méthode, une bonne vision des process et l’implémentation directe des solutions ont été des atouts.

Je suis resté 2 ans opérationnel dans l’équipe trading support. Puis je suis passé co-head de l’équipe, et head au bout d’un an de plus. Et enfin co-head de plusieurs équipes support.

Durant ces 5 années, j’ai entretenu de très bonnes relations avec toutes les équipes avec lesquelles le Middle Office interagit. Et en particulier avec nos « clients » directs que sont les traders. Ceux-ci m’ont offert l’opportunité de rejoindre leurs équipes.

Le passage de Middle Office à Front Office est de plus en plus délicat effectivement. Il faut un concours de circonstance : c’est entre opportunité/moment favorable et compétence/volonté.

Je précise que trader et assistant trader sont bien 2 métiers différents : ils nécessitent des qualités communes mais ont chacun leurs spécificités. Les 2 métiers offrent des carrières très intéressantes.

(...)

En tant que trader, je dois gérer les risques (couvrir la position, respecter la réglementation et les limites de risque), générer et valider un PnL (profit&Loss) attendu positif pour la banque et participer à l’évolution du business.

En 10 ans, notre activité est passée de quelques centaines de produits à plusieurs dizaines de milliers ! Tout l’enjeu est de rester compétitif, d’automatiser, fiabiliser et sécuriser notre cotation en tant que market-maker pour améliorer l’expérience client. C’est cette transformation de l’activité qui a été le plus grand enjeu et la plus belle réussite.

18 ans au sein du même groupe, c’est effectivement long mais tant que les projets et la dynamique sont présents, le temps passe très vite. Un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle favorise cette constance. Il faut rester vigilant sur les opportunités d’évolution extérieure mais il faut savoir aussi reconnaitre les bénéfices internes de la société pour laquelle on travaille.

¡Hola Madrid! Une journée type à Torre Picasso

Je ne saurai que trop conseiller d’aller travailler à Madrid si l’opportunité se présente, c’est une ville magnifique et l’Espagne est un superbe pays. Pourquoi Madrid ? Une activité venait de se fermer à Madrid et l’occasion s’est présentée de la remplacer pour maintenir le niveau d’activité globale : je me suis porté volontaire car c’est une bonne opportunité de voir de nouveaux horizons et de découvrir une nouvelle culture.

C’est la même journée qu’à Paris, aucun décalage horaire, le soleil en plus! Arrivée entre 7h30 (astreinte du matin) et 8h30 pour ouvrir le desk et la cotation : vérification des paramètres, des analyses de risques, des news du marché.

Puis c’est la journée opérationnelle qui démarre : gestion du risque de la position, des différents événements qui impactent l’activité (maturity, roll, émission de produits…), les projets avec les sales sur les produits les plus opportuns à offrir aux clients, avec l’IT pour l’amélioration des cotations…

Je vois 3 aspects de l’activité de trader : le court terme (la gestion opérationnelle), le moyen terme (l’optimisation de cette gestion) et le long terme (l’orientation du business). La journée se joue entre ces 3 échéances selon le temps et les priorités.

Puis à 17h30 c’est la clôture du marché et la soirée peut durer jusqu’à 22h avec l’astreinte du soir mais heureusement nous sommes toute une équipe pour assumer ces astreintes à tour de rôle.

La finance de marché, un beau challenge

Travailler dans la finance aujourd’hui est un beau challenge. La régulation et la réglementation internationale transforment le paysage. Les consolidations entre banques européennes vont participer aussi à cette transformation.

Enfin, le tout digital, autonome et efficace impacte fortement les métiers. Il faut savoir s’investir de manière différente : un trader aujourd’hui doit savoir mettre en place des outils innovants qui vont rendre compétitive son activité.

La finance de marché offre mille visages et opportunités d’évolution et ce, à travers le monde : toute une carrière à réaliser !


Retrouvez l'intégralité de l'article [ICI].

646 vues Visites

1 J'aime

  • ESILV
  • temoignage
Retours aux actualités

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interview

Pauline, promo 2018, chargée des partenariats chez Tacotax

photo de profil d'un membre

Julie Grimes

18 juin

Interview

Une diplômée de l’ESILV sélectionnée pour une simulation de mission spatiale 100% féminine sur Mars

photo de profil d'un membre

Julie Grimes

11 juin

1

Interview

Adrien et Thomas, promo 2005, et leur projet refoorest

photo de profil d'un membre

Julie Grimes

04 juin

1